Good communicators

Pourquoi les bons communicants simplifient leur langage!

… Et comment les apprenants de langue étrangère en font de même ! 

Les styles de communication ont évolué au cours de la dernière décennie, et le Covid19 a accéléré cette tendance. Une communication efficace et directe est aujourd’hui une qualité clé pour mener des discussions.

Alors que les messages et les réseaux sociaux se multiplient et que les délais d’exécution se raccourcissent, il est essentiel pour les professionnels d’aller à l’essentiel des idées – et c’est un défi particulier pour les apprenants en langues.

Des réponses succinctes, des voix qui s’unissent !

Qu’il s’agisse de résumer un rapport bien argumenté en relevant des extraits pertinents ou d’un tweet dans les médias sociaux, pour être lus et compris, les bons communicants s’expriment de manière succincte. 

Lors de réunions de groupe et de vidéo-conférences, pour attirer l’attention, les contributeurs les plus influents savent résumer, unifier et reformuler toutes les diverses pensées exprimées. Ce faisant, ils créent le champs libre pour faire valoir leurs propres points de vue et peuvent par ailleurs décider d’une chose qui apportera vraiment de la valeur au groupe : l’expression finale, dans un langage concis, de l’action à mettre en oeuvre par chacun.

« Les déclarations courtes et directes ont un impact et seront mémorisées, alors que les expressions longues ne le seront pas.« 

Exprimer ses pensées simplement, en tant qu’apprenant d’une langue étrangère, apporte des défis supplémentaires. Communiquer dans une langue différente de sa langue maternelle peut être perçu comme plus lourd par le public, les phrases sont plus longues, les messages souvent dilués. La raison en est un vocabulaire trop limité et des lacunes dans les compétences linguistiques de base, l’expression et la compréhension.

Tandis que l’aisance pour une langue vivante augmente avec le temps, voici comme les apprenants qui veulent réussir peuvent perfectionner rapidement leur communication :

1. Utiliser un langage automatisé. La mise en place de structures pré-construites et prêtes à l’emploi (« chunks ») pour résumer ce qui a été dit donnera plus de temps pour développer de nouvelles réflexions.  » Wie wir gesehen haben, …  » Par ailleurs, le langage automatisé donnera au locuteur la certitude d’appliquer la grammaire et la formulation appropriées.

2. Exprimer des points de vue et des opinions. D’un  » je dirais  » hésitant à un  » je suis convaincu que…  » l’utilisation d’une large gamme d’expressions pour évaluer les points de vue avec différentes intensités permet une communication directe et favorise l’attention de l’auditeur/du lecteur.

3. Choisir des synonymes pour résumer les positions. Les synonymes (mots ayant un sens similaire ou apparenté) ou les antonymes (sens opposé) sont des alliés précieux pour exprimer des points de vue justes, objectifs, impartiaux et non biaisés. Ils enrichissent les idées et maintiennent un dialogue diversifié et attrayant. 

4. Appliquez les conjonctions appropriées pour relier efficacement les mots, les phrases et les idées. Les conjonctions allemandes  » daher, demnach, schließlich, sonst  » sont des liens utiles pour garder les messages clairs et concis.

5. S’en tenir à l’idée de base. Les apprenants en langue étrangère ont un vocabulaire limité et un nombre restreint d’outils à leur disposition, d’où la tentation de se lancer dans des explications supplémentaires. Remplacer les mots ou expressions qui font défaut par des expressions de langue maternelle ou demander à l’auditoire peut être une meilleure option pour rester sur le chemin. En tout état de cause, les bons communicateurs gardent l’idée clé à exprimer au centre de leur discours, quelle que soit la langue qu’ils utilisent.    

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email